BUCKMINSTER FULLER, ARCHITECTE DE LA CONTRECULTURE

Image

 

Le dôme géodésique est défini par Buckminster Fuller comme étant un abri typique de la contreculture qui « revendique une part d’utopie et rassemble des individus rejetant tant la culture établie que toute idéologie ». En tant que père de ces structures il semble appartenir à ces individus développant une pratique allant paradoxalement à contre courant de l’architecture.

Le retour à la nature, le dénuement et la mobilité rapproche le fonctionnement de certaines communautés de l’organisation des tribus nomades. La mobilité, la légèreté, le minimalisme des structures porteuses sont des critères intrinsèques des dômes géodésiques et répondent par ces points à des attentes fonctionnelles et esthétiques des communautés.

Image

Avant d’en arriver à la construction de la première géode en 1954, les recherches de Buckminster Fuller portaient à la fois sur les systèmes structurels de la nature et sur l’industrialisation de l’habitat. Toujours à la pointe des recherches technologiques Fuller cherchait à en tirer le maximum d’avantages en n’hésitant pas à employer des méthodes, techniques ou matériaux employés par l’aéronautique.

Bien qu’étant une figure américaine marquante, le père des dômes a toujours entretenu une pensée alternative en lien avec la contreculture.

Les communautés disposant facilement des matériaux permettant d’élever un dôme, l’engouement de Fuller pour sa structure et son intérêt pour la contreculture ont été des éléments favorisant l’appropriation du modèle du dôme.

Le système dispose d’une grande adaptabilité : les éléments de structure sont des éléments simples, les matériaux de couvertures peuvent changer et s’adapter aux besoins et la taille de la structure ne connait pas de véritable frein.

Le rapport au sol est souvent des plus simples et la structure s’élève au dessus de celui-ci sans qu’aucun élément porteur n’entrave l’espace intérieur. L’assemblage de différentes géométries permet également l’assemblage de plusieurs dômes ensemble, offrant ainsi la possibilité de concevoir des constructions plus importantes. 

Image

Ces différentes caractéristiques étant des besoins pour la vie en autarcie, le dôme géodésique s’est imposé comme le symbole architectural de la contre culture. 

Pierre de Pins

Paul Pascaud

Barthélémi Zha

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s