La nature, de l’idéalisation à l’exploitation

Image

Valley of Yosemite, Albert Bierstadt, 1864

Albert Bierstadt (1830-1902), peintre allemand de l’Hudson River School,  peint la nature spectaculaire des Etats-Unis et notamment celle de la vallée de Yosémite, qui sera un an plus tard la première réserve des États-Unis. L’esthétique de sa peinture reprend les valeurs romantiques européennes. Il y montre alors une nature intacte, vivante, sous une lumière presque religieuse. Il parle de son expérience à la Yosémite Valley à son ami John Hay en 1863 :

Nous sommes ici maintenant dans le jardin d’Eden.

Cette comparaison au paradis originel permet de comprendre ce que représente l’importance de la nature pour le peintre. Cet idéalisme où la nature est l’objet d’une croyance, indique aussi une certaine nostalgie. Les peintures de Bierstadt font écho au mouvement américain le transcendantalisme à la même période, incarné notamment par des philosophes comme Thoreau et Emerson. Ils prônent alors l’individu et la communion avec la nature

Ils marquent une première conscience «  écologique » dont le terme, défini en 1866, est une science des relations avec le monde environnant. Ralph Waldo Emerson écrivain et philosophe (1803-1882), décrit cette croyance en la nature dans son ouvrage Nature en 1836 :

Language is a third use which Nature subserves to man. Nature is the vehble, and threefold degree.

1. Words are signs of natural facts

2. Particular natural facts are symbols of particular spiritual facts.

3. Nature is the symbol of spirit.

Cette conscience de protéger la nature de l’homme a deux raisons distinctes, pour sa valeur esthétique, comme on peut le comprendre pour les peintres américains de l’Hudson River School, et les transcendantalistes, et une seconde comme bien utile à conserver. Il y a une distinction entre préservation et conservation. C’est cette dernière qui va entrainer le processus de création des parcs naturels comme patrimoine des États-Unis, dont les ressources naturelles sont à gérer de manière efficace et rationnelle.

Le premier parc National est Yellowstone, dans le Wyoming, pourtant, le National Park Service est seulement créé en 1916 par le président Wilson. Le but de cette institution est « de conserver les paysages et les objets naturels et historiques et la vie sauvage qui s’y trouvent, ainsi que de permettre d’en profiter d’une manière qui les préserve dans le même état pour les générations futures ». La nature est ainsi bien public, mais elle devient aussi une valeur marchande. On peut regarder alors le débat de 1991, suite à l’achat potentiel d’une entreprise japonaise des services du parc national de Yosémite.

 

Eva Daniel-Lacombe

Annabelle Hucault

Iris Kolivanoff

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s