Formento+Formento, station service et mise en scène

Ce groupe d’artiste est un couple de photographe qui a parcouru les Etats Unis avec pour but de figer des mises en scène dans les lieux de bord de route abandonnés tel que des motels, driver, diner, et des stations services.

BJ.Formento a été formé par quelques photographes contemporains avant de commencer son propre travail photographique. Quant à Ricehlle Formento elle a débuté comme directrice artistique et designer dans le milieu de la mode. Depuis ils travaillent ensemble dans ce projet photographique inspiré des films noirs américains.

Ils créent des ambiances ambiguës avec une figure féminine, dont on ne saisi pas la raison pour laquelle elle se retrouve dans une station service en pleine nuit perdue au milieu de nulle part.La femme est là à la fois en figure forte, et en détresse. Et en regardant ces photos on laisse notre imagination travailler sur ce qui s’il se passe, c’est passé et va se passer dans cette station service.

formento+formento

 “STOP OVER”, Formento+Formento

L’intérêt pour ces photographes de choisir de tels lieux pourrait être la charge nostalgique qui s’y trouve. Cette photo « STOP OVER » montre donc la femme dans une tenue qui n’est pas sans rappeler la mode des années 1970. Soit l’apogée de l’automobile aux Etats Unis. On la voit dans une pause qui semble indiquer qu’elle attend quelque chose, mais on ne saura pas quoi. Et c’est ce qui fait l’une des forces des photos de Formento+Formento, donner une ambiance d’entre deux. Comme illustrant l’entre deux où sont prises ces photos, la station service une aire on l’on trouve des objets du quotidien au service du mouvement mais également lieux de moment figé temporairement.

« Qui n’est pas un symbole mais une image qui conjure les maux dû aux mouvements »

Citation de Léopold Von Sacher-Masoch

De plus la parti pris de faire cette photo de nuit, met en avant l’industrialisation et l’absence de la ville. Car contrairement au travail de Berenice Abbott qui se sert de la nuit pour prétexter les lumières de la ville et l’éclat de la nouvelle technologie qui règne dans les mégapoles telles que New York. Le fait qu’ici la seule source de lumière provienne de l’enseigne lumineuse située au dessus de la femme et des éclairages au niveau des pompes à essence. Nous réduit notre champs visuel à une diagonale allant du premier plan au second, et nous forçant à faire le lien entre deux éléments présents. Même si à priori ces deux principaux sujets sur cette photo semblent s’ignorer et exister en tant que tel sans se justifier. D’une part la station service sans voiture et d’autre part la femme avec sa valise mais sans aucun moyen de locomotion.

Mots-clés :

lieux de bord de route/Stations Services/Films noirs américains/Ambiance ambiguës/Nostalgique/L’entre deux/1970/Mouvement/Image arrêtée/Industrialisation/L’absence de la ville/Enseigne lumineuse/Pompes à essence.

Jessica Gérard

Blandine Fauquet

Héléne Lacombe

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s